​La digitalisation de la consommation, accélérée par la pandémie, intensifie le rythme de circulation des marchandises en ville. Laissée depuis l’origine à la main des opérateurs privés, cette activité, génératrice de services mais aussi de nuisances et de conflits d’usages, devient d’intérêt public et ne peut dès lors échapper à la question de sa coordination, de sa régulation voire de sa planification. Agglomérations et métropoles s’emparent donc du sujet et organisent actuellement des gouvernances, des documents stratégiques et opérationnels et déploient de nouveaux outils d’animation et d’organisation de la logistique urbaine. 

Mais sont-elles suffisamment outillées pour endosser cette nouvelle responsabilité ? Les ZFE sont-elles une base nécessaire et suffisante pour assoir une compétence intercommunale dédiée ? Quelles compétences spécifiques et transversales doivent-elles développer ? S’agit-il simplement d’étendre leur compétence en termes de mobilités ou faut-il concevoir une nouvelle politique publique, étroitement liée aux contraintes du marché ? Et jusqu’où la collectivité doit-elle intervenir pour encadrer voire organiser la circulation des marchandises en ville ? 

Lieu de rendez-vous
Centre des congrès
Durée
1h30