Le rôle urbain du ferroviaire, la place de la micro-mobilité aux côtés des transports publics, la prise en compte de la logistique ou le financement de la transition écologique ont en commun qu’ils engagent nos collectivités dans des choix urbains écologiquement responsables, fondés non pas sur la seule sanction mais sur la qualité des alternatives à l’autosolisme.

Notre responsabilité ne se limite pas à nos seuls périmètres mais permet au quotidien « l’alliance des territoires ». Elle contribue au cadre de vie et à la santé publique mais également à l’attractivité économique.
 
Nous devons à tout prix diminuer tous les facteurs d’isolement, qu’ils soient dus à l’âge, au handicap, aux ressources, ou à la qualité de dessertes du lieu d’habitat, plus encore en constatant la concentration des soins médicaux, de lieux culturels majeurs, de commerces, d’emplois, d’apprentissages, ou de loisirs.
 
Le rôle des collectivités est bien sûr d’organiser les transports publics et de mettre en œuvre les choix financiers ambitieux de leur déploiement mais plus encore d’en faire l’un des axes majeurs de la transition écologique.
 
Lors du récent renouvellement électoral, plusieurs candidats et élus se sont engagés pour une gratuité, partielle ou totale, des transports comme facteur d’attractivité de ceux-ci, de transfert modal et de diminution de l’autosolisme, mais également d’axe majeur de cette transition, ce qui doit nous interroger quant aux modalités de financement de ceux-ci, sans oublier ceux qui peuvent même concerner des bassins de vie transfrontaliers.
 
Les territoires sont aussi bien acteurs que partenaires, financeurs qu’en exigence légitime à l’égard de l’Etat ou de la SNCF, à l’écoute de nos habitants et des usagers pour améliorer en permanence leur quotidien tout en prenant dès aujourd’hui nos responsabilités pour les générations futures.
 
Notre atelier permettra aux acteurs territoriaux d’échanger avec les responsables nationaux de la SNCF, de la logistique ou avec des acteurs de la micro-mobilité, de partager nos enjeux territoriaux, de débattre des modalités de financement de nos ambitions et d’exprimer nos enjeux majeurs en ces domaines.