10h - 12h30

Visites professionnelles

Propositions
 
Projets innovants :

  • Agnès Varda
  • 5 ponts
  • École J. Baker (démontable)
  • 1 des 15 lieux
  • 1 des terrains de Nantes Terrain de Jeux

 
Economie

  • MIN
  • Quartier de la création
  • Solilab
12h30 - 14h00

Accueil des congressistes et déjeuner (Cité Internationale des Congrès)

14h00-15h30

6 ateliers en parallèle

Atelier n°1 - Sécurité

La gouvernance des politiques de sécurité et la question de la répartition des compétences entre les forces de sécurité intérieure et les polices municipales demeurent au cœur des préoccupations des élus des grandes villes. Ainsi, France urbaine s’est pleinement mobilisée ces derniers mois dans un contexte où l’actualité législative et politique en matière de sécurité a connu une accélération sans précédent : livre blanc sur la sécurité intérieure, proposition de loi sur la sécurité globale, contrat de sécurité intégrée, projet de loi sur les séparatismes, police de sécurité du quotidien… L’ensemble de ces initiatives ont pour point commun de rechercher la meilleure articulation entre tous les acteurs qui interviennent, au niveau local comme au niveau national, dans le champ de la sécurité. Dans ce cadre, la question de la complémentarité entre police nationale et police municipale est particulièrement centrale. S’il sera trop tôt pour tirer un bilan précis de l’efficacité des dernières évolutions législatives en matière de sécurité, on pourra légitimement s’interroger sur la lisibilité et l’efficacité, pour les acteurs concernés mais aussi pour nos concitoyens, des politiques de sécurité telles que redéfinies par ces différents textes. 
La délimitation des responsabilités et des prérogatives qui incombent à l’Etat est aux collectivités doit-elle gagner en clarté ? Quel sera l’impact des dernières évolutions législatives et réglementaires sur la gouvernance locale des politiques de sécurité ? La sécurité doit-elle avant tout demeurer une compétence régalienne de l’Etat ? Comment les grandes villes investissent-elles le champ de la sécurité et de la tranquillité publique ? Avec quels moyens et pour quelles responsabilités ? Les polices municipales ont-elles vocation à prendre toujours plus de compétences au risque d’assister à un retrait de l’Etat ? C’est par le regard croisé des résultats d’une enquête réalisée par France urbaine auprès de ses membres et des grandes mutations impulsées par le Gouvernement en matière de gouvernance de la sécurité que nous aborderons cet atelier.
 

Atelier n°2 - : Culture : les collectivités locales plus que jamais au centre du jeu

Les pratiques culturelles ont pâti ces derniers mois des fermetures des équipements dédiés. Ces décisions ont amené les collectivités locales, propriétaires et/ou gestionnaires de la plupart de ces équipements, à s’adapter au gré des restrictions et à assurer autant que faire se peut un service public culturel minimum et dégradé.
 
Et pourtant, la culture reste un formidable outil d’accession à la citoyenneté et de construction du vivre-ensemble. C’est aussi, et la crise vient nous le rappeler, un pan important de l’économie locale contribuant à l’emploi et à l’attractivité du territoire.
 
Quelle place prend-elle dans nos politiques urbaines ? Qui en sont les acteurs ? Quel rôle respectif de nos collectivités (les régions, l’Etat) ? Comment catalyser les initiatives locales, les favoriser, les observer, les contrôler ? Comment l’organiser à l’échelle intercommunale voire interterritoriale ?

Atelier n° 3 : Urbanisme, logement, transition, résilience, adaptation

Le logement et la planification urbaine sont au cœur des actuelles transformations écologiques et énergétiques mais aussi un puissant vecteur d’aménagement des territoires. La fabrique de la ville doit s’inscrire dans une optique de résilience des ensembles urbains et du bâti en général, face au réchauffement et aux dérèglements climatiques. L’acte de construire évolue ainsi au service d’une consommation plus sobre de terres, avec la nécessité de prendre en compte de nouvelles attentes sociétales liées au cadre de vie, au confort des pièces à vivre, aux besoins de verdure et d’extérieurs (balcons, terrasses) et d’espaces publics mieux aménagés et végétalisés.
 
La crise de la COVID 19 et les confinements qu’elle a imposés ont été de puissants accélérateurs d’évolutions qui étaient en germe ces dernières années : comment, dans ce contexte, élus, architectes, urbanistes, aménageurs, paysagistes peuvent-ils inventer de nouveaux équilibres, réconcilier villes et campagnes et renforcer la place de la nature en ville ? De même, comment demain les politiques d’habitat et d’urbanisme peuvent-elles davantage prendre en compte, via notamment les PLH et PLUi, les déterminants de santé, pour un mieux vivre des habitants et des familles des centres urbains ? Comment l’objectif de sobriété foncière peut-il être concilié avec la nécessité de continuer à construire, en particulier du logement social et très social, pour répondre aux besoins des populations percutées par les effets de la crise ? Autant de questions que cet atelier se propose d’aborder, avec la participation d’élus, aménageurs, techniciens et grands experts.
 

Atelier n° 4 : La relance par les politiques contractuelles : Revisiter la méthode ?

Contrats de Plan Etat-régions, accords régionaux de relance, contrats territoriaux de relance et de transition écologique (CRTE), nouvelle programmation de la politique de cohésion européenne… Nombreux sont les dispositifs contractuels annoncés pour la période 2021-2027, percutés par la multitude des dispositifs et canaux de financement de la relance, mais nombreuses aussi sont les interrogations soulevées par ce foisonnement et sur la place laissée aux territoires infrarégionaux, notamment urbains, pour mettre en œuvre « leur projet de territoire » au service de la relance, des nécessaires transitions face aux grands enjeux (climat, biodiversité…) et des citoyens.
 
Comment, dans ce cadre, construire de la lisibilité et de la cohérence au service du territoire et du redressement de la France, tout en construisant la résilience collective pour préparer l’avenir ? Quelle place est donnée aux territoires urbains ? Alors que les contrats territoriaux de relance et de transition écologique seront en phase d’élaboration sur la base des « projets de territoire », quelle mobilisation de ces outils pour faire converger les différents dispositifs autour du développement urbain et métropolitain durable, qui de longue date, concourent à la transformation de nos modèles économiques et sociaux ? Quelle articulation avec les autres dispositifs que sont les volets territoriaux et métropolitains des CPER, tout comme des programmes opérationnels régionaux de la politique de cohésion européenne, qui devront aussi faire l’objet d’une co-construction et d’un dialogue étroit entre régions et intercommunalités ?
 
Comment, dans ce contexte d’opportunités nouvelles mais aussi d’inquiétudes sur les marges de manœuvre réelles des collectivités territoriales et leurs groupements, concrétiser enfin le passage « du projet partagé au contrat qui engage » ?

Atelier n° 5 : Mobilités

Les mobilités sont un axe prioritaire de nos responsabilités. Elles permettent d’agir contre tous les isolements, de dynamiser l’activité économique ou d’agir efficacement pour l’environnement. Elles sont à la « croisée des chemins » puisque confrontées aux impacts de la crise ou à des choix tarifaires locaux qui justifient d’en débattre dans le respect de chaque réalité locale mais également du fait d’offres nouvelles, pas nécessairement publiques, que sont le free-floating ou les solutions de covoiturage. Enfin, elles illustrent la prise en compte de facteurs nouveaux que sont la nécessité, en de nombreux domaines, de l’auto partage (qui va bien au-delà de la voiture) mais également celui du télétravail, de la nécessité de proposer des alternatives à l’autosolisme, même pour des véhicules devenant propres ou de considérer l’importance de nos livraisons.
 
L’atelier sera l’occasion de débattre des enjeux les plus structurants (télétravail, free-floating, autopartage, …), ainsi que d’échanger sur les préoccupations plus conjoncturelles (impact conjugué de la baisse du versement mobilité et du recul des recettes tarifaires, mise en œuvre des avances remboursables de l’Etat).

Atelier n° 6 : Les services publics locaux face à la crise sanitaire : quelles leçons pour l’avenir ?

Après une séquence 2019 où les débats parlementaires sur les lois Transformation de la fonction publique ainsi qu’Engagement et Proximité avaient pu donner une résonnance à certaines voix critiquant les collectivités et la fonction publique territoriale, l’année 2020 a consacré la capacité de résilience et d’adaptation des services publics locaux à un moment où l’organisation centralisée de l’Etat a pu montrer ses limites.
 
Malgré l’impact de l’impact de la crise sanitaire et de 2 confinements très différents, la continuité des missions de service public a été assurée grâce à l’agilité de l’organisation territoriale, l’engagement des agents et l’esprit de responsabilité des élus. Pourtant, l’heure n’est pas à l’autocongratulation. La crise sanitaire est un révélateur autant des potentialités inexploitées des collectivités territoriales, que de leurs lourdeurs quotidiennes tant en interne que dans leurs relations avec l’Etat. Il convient donc de tirer dès maintenant les leçons organisationnelles et managériales de cette gestion, à la fois pour mieux gérer les crises à venir mais aussi pour rénover le fonctionnement de nos territoires.

15h45 -17h15

6 ateliers en parallèle

Atelier n° 7 : Biodiversité

L’année 2020 devait être une année capitale pour la protection de la biodiversité dans le monde, à travers les 2 évènements marquants que sont le Congrès mondial de la nature de l’UICN qui devait se tenir initialement à Marseille en juin 2020 et la COP 15 qui devait avoir lieu à Kunming, en Chine, en octobre 2020, tous deux reportés du fait de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.
 
A cette occasion, France urbaine, en coopération avec la Métropole Aix-Marseille-Provence qui devait accueillir le Congrès mondial de la nature, a initié une réflexion collective sur les enjeux de la biodiversité dans les grands territoires urbains. En dépit de l’incertitude qui entoure encore l’organisation effective de ces 2 évènements courant 2021, France urbaine, en liaison avec la Métropole Aix-Marseille-Provence, souhaite à l’occasion de cet atelier approfondir les échanges, notamment autour des axes suivants :
 

  • Perception des enjeux relatifs à la biodiversité, intérêt et portage politique et technique ;
  • Connaissance, expertise, formation et sensibilisation ;
  • Transversalité avec les autres politiques conduites par les territoires urbains ;
  • Les différentes échelles de réflexion et d’action, la biodiversité comme vecteur de solidarités territoriales (« Alliance des territoires »).

Il s’agira de préfigurer ainsi ce qui pourrait être un futur réseau des territoires urbains engagés pour la préservation de la biodiversité.

Atelier n°8 : Santé mentale : comment construire une approche globale de la santé avec les territoires ?

La pandémie COVID 19 et les confinements successifs ont mis à rude épreuve l’état de santé mentale de la population, notamment des plus fragiles (précaires, isolés, personnes âgées, migrants, etc...) et des plus exposés (soignants, aidants, agents publics, métiers de première ligne, caissières, livreurs, etc...). Le mal-logement, le décrochage scolaire et numérique, la consommation d’alcool, de tranquillisants et de stupéfiants, les violences intrafamiliales ont connu une augmentation qui reste à objectiver. L’anxiété générale s’est accrue, face à la peur du virus mais aussi de ses conséquences économiques et sociales vécues ou anticipées.
 
Les centres médico-psychologiques ont connu une recrudescence de consultations, notamment de patients nouveaux. Les territoires les plus en difficulté (quartiers prioritaires, rural isolé en décrochage économique...) ont été les plus touchés. Cette réalité ancienne, exacerbée par la crise, invite à réinterroger la responsabilité directe des territoires dans la construction d’une santé globale qui, comme l’a définit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), constitue un état de « bien-être physique, mental et social complet » et mobilise l’ensemble de leurs compétences (logement, transport, transition écologique, etc.).
 
Dès lors, quelles actions peuvent être mises en œuvre à droit constant ? Quelle nouvelle organisation sanitaire territoriale construire, pour une approche globale de la santé, à partir de territoires ensembliers et fédérateurs ? Quel rôle pour les élus locaux dans la déclinaison de politiques sanitaires et de prévention transversales, intégrées et ajustées aux besoins et spécificités des populations ?

Atelier n°9 : Le chantier de la refonte des indicateurs et les nouveaux enjeux de la péréquation

Le sujet de la péréquation et de la solidarité territoriale a relativement moins occupé les débats depuis 2 ans mais il va de nouveau s’inscrire à l’agenda. Après une loi de finances pour 2021 qui comprend des dispositions techniques dites de neutralisation, le débat politique sur la refonte des indicateurs et la ré-interrogation des mécanismes nationaux de péréquation est programmé pour le projet de loi de finances pour 2022.
 
L’atelier sera tout d’abord l’occasion de revenir sur les différentes scènes de discussion récentes : séances dédiées du Comité des finances locales, réflexions partagées et webinaire France urbaine / Afigèse, travaux parlementaires. Il sera surtout l’occasion de préciser les positions, priorités et stratégies de France urbaine en écho à des interrogations telles que :
 

  • comment repositionner la correction des inégalités de charges au même niveau que la correction des inégalités de ressources ?
  • comment la prise en considération des inégalités de pression fiscale doit-elle être intégrée dans les différents fonds et dotations existants ?
  • comment s’employer à ce que les mécanismes nationaux cessent d’ignorer les péréquations locales qui se sont fortement développées ces dernières années ?

Atelier n° 10 : Solidarités, vieillesse, jeunesse

Les solidarités sont au cœur de nos responsabilités. C’est dans nos territoires que se concentrent la grande majorité des situations de précarité et des quartiers auxquels nous prêtons une attention prioritaire. CCAS, CIAS, Missions locales, PLIE … accueillent, soutiennent, aident, orientent chaque jour.
 
Nous avons été attentifs aux engagements de l’Etat en matière de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, de revenu universel d’activités, de service public de l’insertion et France urbaine y est fortement impliquée. Cette attention devra être plus forte encore si nous ne voulons pas connaître de déception dans leur mise en œuvre.
 
Grâce au pilotage des métropoles Grenobloise, Stéphanoise et Nantaise notamment, France urbaine a décliné des capacités d’action des territoires urbains leur permettant d’agir pour la dignité de nos habitants ou la lutte contre le sous-emploi. Cette capacité d’action pourra désormais être déclinée dans tous nos territoires urbains.
 
La solidarité s’exprime enfin auprès de toutes les générations, plus encore les séniors ou les jeunes que la crise sanitaire peut exposer à des situations de véritable détresse.
 
La solidarité à l’égard de tous, des plus jeunes aux plus âgés, la solidarité entre communes et quartiers de nos territoires, la solidarité à l’égard de nos acteurs engagés guidera nos débats en donnera un sens à nos actions futures.

Atelier n°11 : Outils, usages, aménagement numériques : les collectivités prennent leur place

A l’image de cette affirmation devenue leitmotiv, « la crise sanitaire aura contribué à mettre en lumière les apports du numérique », le numérique est partout.
 
Sujet de réflexions et de discussions, il a été progressivement investi par les collectivités, pour figurer désormais dans les grandes villes et grandes agglomérations comme une composante essentielle de l’action publique locale.
 
Sujet technique, le numérique est devenu un objet politique, tant il se révèle incontournable pour penser les politiques publiques et l’aménagement du territoire, en lien avec les compétences et les responsabilités des collectivités locales. Celles-ci investissent les champs de l’inclusion, de l’empreinte environnementale, de la régulation, de l’innovation, de l’éthique…, tandis qu’elles tiennent ces mêmes champs comme des axes de mutualisation et de coopérations, mais également de transparence et de démocratie.
 
En ce sens, les grandes villes, grandes agglomérations et métropoles paraissent plus que jamais légitimes pour favoriser les termes d’un numérique de confiance et pour accompagner la montée en compétences d’une société civile du numérique

Atelier n°12 : Crise sanitaire, crise économique, crise environnementale : la relance impose de repenser l’économie des territoires.

Plus que jamais, les politiques publiques économiques locales vont devoir se réinventer. Classiquement orientées vers la création d’emplois et de richesses sur les territoires, elles font face à un triple changement de paradigme. D’abord, le dérèglement climatique et la demande démocratique grandissante d’un développement plus durable et responsable impose de diversifier les objectifs poursuivis, la croissance n’est plus une fin en soi, son contenu, ses modalités et ses impacts sont questionnés.
Ensuite, l’épidémie de COVID-19 a mis cruellement en exergue les insuffisances des tissus économiques urbains en termes de résilience (numérisation trop faible, approvisionnements logistiques trop complexes et lointains, perte du savoir-faire sur le territoire…). Enfin, la crise économique et sociale qui monte du fait de la crise sanitaire semble être la plus forte connue en Europe depuis des décennies. Elle va fragiliser des pans entiers de nos économies, depuis le commerce de proximité jusqu’à l’industrie de pointe. Fragilisés également du point de vue financier, les territoires urbains n’en sont pas moins en première ligne. D’une part, du fait de leurs compétences et parce que s’y concentrent certains enjeux (environnement, pauvreté, commerces, logistique, déploiement des nouvelles économies circulaires et solidaires, etc.), mais aussi parce que ce sont des territoires qui disposent d’une grande créativité, de l’ingénierie, et potentiellement des moyens financiers, pour inventer de nouvelles solutions avec leurs habitants et leurs entreprises.

20h

Cocktail

20h30

Dîner

09h00

Accueil des congressistes – Cité Internationale des Congrès

09h30 - 12h30

Plénière

Plan de relance, du discours aux actes, Valeurs républicaines, Politique de la ville, Démocratie participative : exercice de la citoyenneté locale

13h00

Conférence de presse

13h00 - 14h30

Cocktail – Déjeuner

14h30 – 17h30

Visite touristique

Capacité maximale : 100 personnes
Quelques étapes du parcours :
Lieu unique
Nouvelle gare de Nantes
Jardin des plantes
Château des ducs de Bretagne
Square Mercoeur- Feydball..

Visite n°1 - L'esprit du Voyage

Le parcours du Voyage à Nantes s’attache, au-delà des monuments remarquables et des sites à vous donner des points de vue inhabituels, des regards sur notre ville susceptibles de rendre sa poésie et sa personnalité. Sur votre chemin, laissez-vous conduire d’une œuvre signée par un grand artiste d’aujourd’hui à un élément remarquable du patrimoine nantais, des « incontournables » de la destination à des trésors méconnus, d’une ruelle historique à une architecture contemporaine.
 
Au fil d’un parcours sensible, menant les visiteurs du jardin des plantes jusqu’au nouveau Belvédère de l’Hermitage, les étapes que nous avons organisées vous laisseront peut-être, à la fin de votre périple, le sentiment d’avoir accédé à une ville libre, joyeuse et surréaliste dont l’offre culturelle s’est bâtie avec le temps.

Lieu de Rendez-vous
14h30 - Le parvis de la Cité des congrès
En cours