L’accueil des migrants et réfugiés interpelle au quotidien les maires de grandes villes et présidents de communautés et métropoles, alors qu’il s’agit d’une compétence régalienne de l’Etat.
Malgré cela, nombre d’élus doivent trouver des solutions d’urgence aux problématiques de logement, d’accès aux soins ou de scolarisation pour les personnes et familles.
L’Etat semble désormais vouloir avancer vers une contractualisation avec les métropoles afin de mieux coordonner les initiatives des différents acteurs sur le terrain. 

Quels engagements réciproques pourraient-être pris dans ce cadre ?
Avec quels moyens humains et financiers ?
De quelles expériences étrangères pourraient s’inspirer les pouvoirs publics, pour à la fois mieux réguler les flux migratoires et offrir des conditions de vie décentes à celles et ceux qui ont vocation à vivre de manière régulière et durable dans nos territoires ?