A l’image de cette affirmation devenue leitmotiv, « la crise sanitaire aura contribué à mettre en lumière les apports du numérique », le numérique est partout.
 
Sujet de réflexions et de discussions, il a été progressivement investi par les collectivités, pour figurer désormais dans les grandes villes et grandes agglomérations comme une composante essentielle de l’action publique locale.
 
Sujet technique, le numérique est devenu un objet politique, tant il se révèle incontournable pour penser les politiques publiques et l’aménagement du territoire, en lien avec les compétences et les responsabilités des collectivités locales. Celles-ci investissent les champs de l’inclusion, de l’empreinte environnementale, de la régulation, de l’innovation, de l’éthique…, tandis qu’elles tiennent ces mêmes champs comme des axes de mutualisation et de coopérations, mais également de transparence et de démocratie.
 
En ce sens, les grandes villes, grandes agglomérations et métropoles paraissent plus que jamais légitimes pour favoriser les termes d’un numérique de confiance et pour accompagner la montée en compétences d’une société civile du numérique