Après une séquence 2019 où les débats parlementaires sur les lois Transformation de la fonction publique ainsi qu’Engagement et Proximité avaient pu donner une résonnance à certaines voix critiquant les collectivités et la fonction publique territoriale, l’année 2020 a consacré la capacité de résilience et d’adaptation des services publics locaux à un moment où l’organisation centralisée de l’Etat a pu montrer ses limites.
 
Malgré l’impact de l’impact de la crise sanitaire et de 2 confinements très différents, la continuité des missions de service public a été assurée grâce à l’agilité de l’organisation territoriale, l’engagement des agents et l’esprit de responsabilité des élus. Pourtant, l’heure n’est pas à l’autocongratulation. La crise sanitaire est un révélateur autant des potentialités inexploitées des collectivités territoriales, que de leurs lourdeurs quotidiennes tant en interne que dans leurs relations avec l’Etat. Il convient donc de tirer dès maintenant les leçons organisationnelles et managériales de cette gestion, à la fois pour mieux gérer les crises à venir mais aussi pour rénover le fonctionnement de nos territoires.