La succession récente de crises a conduit au développement de la résilience. Cette notion renvoie à  la capacité qu’ont certains systèmes à anticiper les changements, à s’y adapter ou encore à se réorganiser à leur suite. Les villes s’en sont en particulier emparé, en France comme à l’étranger,  pour renouveler leurs modèles de développement et anticiper différentes mutations sociétales et environnementales.

Des chercheurs ont montré que les systèmes les plus résilients sont ceux dans lesquels la diversité des composants est forte et dans lesquels ces composants sont connectés les uns aux autres jusqu’à former des réseaux multi-échelles et décentralisés. L’alliance des territoires, c’est-à-dire la mise en œuvre de solidarités entre territoires en cœur d’agglomération et territoires tiers, pourrait donc permettre d’anticiper les crises et d’y résister. L’atelier vise à étudier cette hypothèse et à identifier des pistes pour la mettre concrètement à l’épreuve, en croisant l’expertise de chercheurs et les démarches mises en œuvre à l’initiative de métropoles, grandes communautés et grandes villes.
L’atelier offrira également l’opportunité de recenser les apports sur ce sujet des travaux de recherche menés au sein des quinze métropoles parties prenantes de la Plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines.